Le saumon Carrefour et Intermarché dangereux ?

Vous avez peut-être entendu parler ces derniers jours des révélations faites par un reportage de la chaîne suédoise SVT : un importateur français aurait écoulé des saumons pêches en mer Baltique sur le marché français, ce qui est formellement interdit pour cause de contamination à la dioxine. Est-on en présence d’un nouveau scandale alimentaire? D’où vient cette dioxine? Que risquent les consommateurs de ces poissons? Eléments de réponse.

3043953454282783_carrefour---saumon-fume-de-norvege--fume-au-bois-de-hetre

 

Les faits

Le 8 mai, les téléspectateurs suédois ont pu regarder à la télé un reportage faisant état d’une vente frauduleuse en 2011 et 2012 de 105 tonnes de saumon sauvage de Baltique à un importateur français situé du côté de Boulogne sur Mer, Les Pêcheries nordiques. Mais où est le mal? En tout cas, les PDG de cette PME plaide sa bonne foi et ignorait – comme moi en tout cas – que l’exportation de saumon suédois pêché en mer Baltique était interdite. En se rendant sur le site de l’Union Européenne, on apprend ainsi que la Suède, la Finlande et la Lettonie ne peuvent exporter un certain nombre de poissons et leurs produits dérivés (le saumon donc, le hareng de plus de 17 cm de long (!), la lamproie ou la truite sauvage), pour cause de teneur en dioxine trop élevé, et ce depuis 2002.
Ainsi, les marchandises frauduleuses ont atterri dans les rayons de Carrefour affirment l’importateur, tandis que le reportage rajoute ceux d’Intermarché.

Que risquent ceux qui ont mangé ces saumons ?

Quand on parle de dioxine, il s’agit en fait d’une famille de molécules qualifiées par l’OMS de « polluants organiques persistants ». Ces molécules, dont la plus dangereuse le dibenzo-para-dioxine (TCDD), s’avèrent donc particulièrement résistantes et ont la faculté de s’accumuler dans l’organisme. C’est avant tout par l’alimentation que le corps humain ingère des dioxines. Une étude estime ainsi entre 7 et 10 ans, le temps nécessaire pour que le corps se débarrasse de la moitié des dioxines accumulées…
Pour l’OMS, l’exposition de longue durée aux dioxines peuvent provoquer « une dégradation du système immunitaire, du développement du système nerveux, du système endocrinien et des fonctions génésiques », et des expérimentations animales ont démontré que la dioxine était cancérigène. Bref, le mieux est de ne pas s’essayer à en avaler des quantités, mais pas évident tant ce composé peut se retrouver un peu partout en faible dose et tant il est résistant (aucune cuisson n’en vient à bout).
L’Union européenne « fixe une dose hebdomadaire tolérable (DHT) de 14 pg d’équivalents toxiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS-TEQ)/kg pc. » Comprendre des doses très faibles, mais pas nulles.
L’importateur incriminé, fait état d’analyses sur ces poissons qui donnent des taux inférieurs à ces valeurs.
Il n’y a donc pas vraiment besoin de s’inquiéter de l’écoulement des saumons Carrefour et Intermarché, d’autant qu’il faut savoir que la Suède, la Finlande et la Lettonie bénéficient d’une dérogation bien originale de la part de l’Union Européenne, puisque les habitants de ces pays ont le droit de manger ces poissons à la dioxine à condition que le consommateur en soit informé! Ainsi, Suédois, Finlandais et Lettons sont invités à consommer avec modération ces poissons, et enfants et femmes enceintes ne doivent en manger que 3 fois par an.

La vraie interrogation

S’il s’avère qu’il n’y a pas de danger immédiat dans cette importation frauduleuse, on peut quand même se demander comment un importateur de poissons pouvait ignorer cette règlementation ? Comment a-t-il pu sans entrave importer ces lots de saumon, deux années durant ? Si on doit se rassurer sur une chose, c’est que par définition, cette fraude ne peut pas être massive (ouf !). En effet, seuls sont concernés les poissons sauvages bien plus rares que ceux d’élevage. Personne ne pourrait être tenté d’importer ces petites quantités de saumon produites pour le remplacer dans des préparations courantes, car économiquement, il y a peu de chance de s’y retrouver.

Aussi, il est amusant de voir que le gouvernement suédois avait fait état de cette exportation illicite dès le 16 avril 2013 sans que cela soit relayé en France, et qu’il a fallu attendre un reportage télé pour s’en soucier !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s